Prendre rendez-vous en ligne je souhaite être appelé

Bienvenue sur le site du Docteur Pierre Blain, ophtalmologiste à Nantes.

A la clinique Sourdille, il se consacre à la chirurgie réfractive de la myopie, de l’astigmatisme, de l’hypermétropie et de la presbytie, par laser (excimer et femtoseconde) ou implants.

Recherchez sur le site :
Le microkératome Amadeus

En bref :

  • Un microkératome est l'appareil utilisé pour l’opération LASIK.
  • Il sert au premier temps de l’intervention : la création d'une lamelle cornéenne superficielle.
  • L’alternative est d’utiliser pour cela un laser femtoseconde.
  • Les explications ci-dessous expliquent que le microkératome mécanique est moins précis et plus risqué que le laser femtoseconde.

Principes de fonctionnement :

Un microkératome est un appareil mécanique qui agit comme un rabot. Une lame vibrante coupe la cornée aplanie, selon un mouvement de translation ou de rotation. Pour assurer l’immobilité de l’œil pendant la découpe, l’œil est maintenu par un "anneau de succion » aspirant.

 


Avantages par rapport au laser femtoseconde :

  • Le coût est moindre qu’avec le laser femtoseconde.
  • La rapidité d’utilisation parfois plus grande qu’avec le laser femtoseconde.
  • Contrairement au laser femtoseconde, la découpe reste possible même s’il existe des cicatrices cornéennes (comme après une kératotomie radiaire qui est l’ancienne méthode utilisée pour traiter la myopie avec des incisions disposées en rayons de roue).

Inconvénients par rapport au laser femtoseconde :

  • Diamètre de la lamelle cornéenne superficielle difficile à prévoir avec précision.
  • Epaisseur de la lamelle cornéenne superficielle irrégulière, plus fine au centre.
  • Epaisseur de la lamelle cornéenne superficielle difficilement prévisible, parfois trop fine (risque de perforation centrale en boutonnière), ou trop épaisse (risque de fragilisation voire d’ectasie cornéenne si le « mur postérieur » cornéen laissé en place est trop fin.)
  • Largeur de la charnière difficile à prévoir, parfois trop petite (risque augmenté de déplacement postopératoire), voire absente (capot « libre » sans charnière), ou au contraire trop large (risque de mauvaise exposition du stroma cornéen pour la photoablation au laser excimer).
  • Risque théoriquement plus élevé d’infection par rapport au laser femtoseconde qui découpe la lamelle cornéenne sans ouverture de la surface cornéenne.
  • Centrage de la lamelle cornéenne superficielle uniquement lié à celui de l’anneau de succion. A l’inverse, certains lasers femtoseconde (dont l’Intralase) permettent un réglage supplémentaire du centrage, indépendant du centrage de l’anneau de succion.
  • Contrairement au laser femtoseconde, les bords de la lamelle cornéenne superficielle ne sont pas perpendiculaires à la surface, ce qui peut favoriser un repositionnement inexact, voire un déplacement postopératoire de la lamelle en cas de pression sur l’œil.

En pratique :

La liste des inconvénients montre que le microkératome a de nombreux inconvénients par rapport au laser femtoseconde.

En résumé, le microkératome mécanique est moins précis et plus risqué que le laser femtoseconde.

Cela explique qu’il n’est plus utilisé par les chirurgiens qui disposent du laser femtoseconde, sauf cas particulier (notamment lorsque la cornée à opérer a des cicatrices).